La censure d'un tableau du maître flamand Pierre Paul Rubens sur Facebook a provoqué une vive réaction dans le milieu artistique. Agacée par cette énième censure, la maison Rubens d'Anvers, a réalisé une courte vidéo pour moquer l'interdiction sur le réseau social des plus grandes œuvres du nu.

Cette nouvelle restriction était la goutte de trop. La maison Rubens à Anvers, agacée par la censure de "La Descente de Croix" de Rubens sur Facebook, a décidé de répondre à l'entreprise américaine avec une vidéo sarcastique, moquant la politique de censure du réseau social.

L'humour face à la censure

https://www.youtube.com/watch?v=UZq3cVgU5AI

Dans la courte séquence, des agents de sécurité grimés d'un uniforme FBI (pour FaceBook Intelligence) demandent aux visiteurs du musée qui possèdent un compte Facebook de détourner les yeux des peintures de nus. Ces faux policiers de la nudité font tout pour préserver les chastes yeux des touristes en les réorientant vers des représentations moins "charnelles".

L'office de tourisme flamand a également manifesté son mécontentement en adressant une lettre ouverte à Mark Zuckerberg. Co-signée par plusieurs professionnels de l'art flamand, cette missive dénonce la difficulté grandissante à partager les travaux des grands maîtres de la peinture.

La diffusion de notre patrimoine culturel unique est à ce jour impossible sur le réseau social le plus populaire. Notre art y est qualifié d’indécent, voire de pornographique.

Le dilemme de la nudité

La politique sur la nudité sur Facebook* n'épargne pas les oeuvres d'art. Elle interdit sans aucune discrimination toute photographie ou représentation des parties érogénes, notamment les seins des filles plus âgées que des bébés. 

La "Descente de Croix" de Rubens est le troisième tableau a avoir été censuré par l'algorithme de Facebook, censé filtrer tout contenu à caractère pornographique. Le géant Californien avait aussi retiré les images de "La liberté guidant le peuple" de Delacroix ainsi que celle de "L'origine du monde" de Courbet.

Bien que la maison Rubens n'ait donné aucune suite judiciaire à l'affaire, certains internautes se sont insurgés face aux décisions de Facebook. Ainsi, un homme dont le compte avait été suspendu à cause d'une photo de "L'origine du monde" avait porté plainte contre le réseau social. Le plaignant n'avait pas gagné son combat contre le groupe de la Silicon Valley, puisqu'il avait été débouté lors du procès.

Rubens - desente de croix

 

---------------------------------------------

* cette censure sur la nudité n'est pas spécifique à Facebook elle sévit depuis des années sur tous les réseaux sociaux. Cette censure, venue des Etats Unis dans les années 2000 sous la pression des communautés et associations religieuses, c'est très vite répandue en Europe pour des raisons autant politique (justifier le contrôle de l'Internet) que social (reconnaissance des communautés religieuses comme acteurs/médiateurs sociaux).

Décembre 2018 : Le 17 décembre 2018 la nudité, des parties du corps ou des images considérées comme "indécentes" seront désormais complètement bannies de TUMBLR. Le prétexte : la protection des mineurs.
Cette plateforme, conforme à la liberté d'opinion et d'expression prônée par l'article 1 de la constitution américaine, était considérée par des millions d'internautes comme l'un des derniers refuges de la liberté de création.
L'étau se referme sur l'émotion, le désir et la subjectivité comme source de créativité. Des qualités humaines qui ne sont acceptables et encouragées que si elles s'accompagnent d'une rentabilté (la publicité) ou d'une manipulation idéologique (la propagande)